Premier trimestre 2020

Au cours des trois derniers mois, le coronavirus a eu une incidence sans précédent sur le monde et sur les marchés financiers. Au moment où nous rédigeons cette lettre, la pandémie continue à prendre de l’ampleur, contaminant et affectant la santé de centaines de milliers de personnes dans le monde. Sur le plan économique, nous n’avons aucun doute que nous connaitrons une période de récession qui devrait durer au moins deux trimestres.

Lorsque ces situations se produisent, nous nous référons à l’histoire pour nous guider.  Il y a un siècle, la grippe espagnole s’est propagée dans le monde entier pendant trois ans, contaminant 25 % de la population mondiale et tuant entre 17 à 50 millions de personnes. Heureusement, le monde d’aujourd’hui est beaucoup plus sophistiqué et beaucoup plus avancé du point de vue médical, ce qui permet de réagir plus rapidement et avec plus de ressources que nous l’aurions imaginé en 1918. Pour ce qui est des marchés boursiers, nous jetons un regard rétrospectif sur la crise financière de 2008-09, le dégonflement de la bulle technologique en 1999 et le krach boursier de 1987 à titre de référence. Chacun de ces ralentissements économiques a été causé par l’homme, à la suite de cycles économiques aberrants et d’excès financiers, et non pas par la biologie humaine devenue incontrôlable.

Avant l’arrivée de cette pandémie, les marchés boursiers ont atteint un sommet au milieu de février, marquant ainsi un marché maintenu à la hausse pendant 11 ans. Lorsque l’épidémie est devenue une pandémie, les marchés boursiers ont réagi plus rapidement que durant n’importe quelle autre période de l’histoire moderne en chutant de 35 % en une semaine à la troisième semaine de mars. Depuis lors, les marchés se sont redressés et accusent maintenant une baisse d’environ 25 % par rapport à leur sommet.

Ce qui est aussi étonnant que la tournure de ces événements est que votre portefeuille a fait mieux que l’ensemble des marchés boursiers. Pour le trimestre terminé le 31 mars, le recul pour l’ensemble des actions détenues chez Rempart a été de 11,6 % contre -20,9 % pour le TSX et -13,0 % pour le S&P 500 (en dollars CA).  Selon nous, cela est attribuable à notre approche envers la sélection des titres. Au fil des ans, la liste de nos titres détenus a été relativement courte et nous avons maintenu une approche de placement disciplinée. Pour chaque secteur dans lequel nous investissons, nous nous centrons sur les chefs de file de l’industrie. Les sociétés que nous sélectionnons possèdent de solides flux de trésorerie croissants provenant des activités d’exploitation,  une répartition intelligente de leurs flux de trésorerie disponibles, des bilans robustes, des équipes de gestion impressionnantes et une gouvernance d’entreprise fiable. Nous évitons les sociétés qui acclament leur croissance si elles ne répondent pas à nos critères financiers plus conservateurs. Selon notre expérience, générer des rendements de façon constante avec le temps requiert non seulement de choisir les gagnants, mais surtout d’éviter les perdants.

Sachant ce que nous savons maintenant, quelle direction devons-nous prendre? D’abord, nous croyons que maîtriser cette pandémie prendra des mois et non des semaines. Dans une société moderne où la gratification instantanée est la norme, il n’existe pas de solution miracle à cette menace biologique. Nous avons été impressionnés par les mesures rapides mises en œuvre par les gouvernements des pays développés d’injecter des liquidités dans le système financier et d’offrir des subventions à ceux qui en ont besoin. Nous jetons ensuite un coup d’œil aux autres ralentissements économiques et nous savons qu’avec le temps, l’économie et les marchés financiers se redresseront. Nous reconnaissons le fait que lors de chaque ralentissement économique, la période de redressement est impossible à prévoir.  Nous savons toutefois que cela se produira.

Dans l’intervalle, certaines sociétés dans lesquelles nous détenons des titres sont déjà très engagées à tracer la voie à une reprise. Thermo-Fisher Scientific est le chef de file mondial dans le développement et la production d’équipement de tests médicaux et la société est en plein essor. La division pharmaceutique de Johnson & Johnson accélère le développement d’un vaccin contre la COVID-19, qui pourrait être prêt à être testé cet automne et être produit au début de 2021. Cette société possède des ressources financières considérables pour réaliser ceci. La société 3M a augmenté rapidement sa production du masque respiratoire N95, la norme de référence de l’industrie, alors que la demande excède l’offre. Costco a été le fournisseur fiable pour les consommateurs qui se sont fait d’importantes réserves d’articles essentiels en vue d’un long séjour à la maison. Nestlé est la plus importante société d’alimentation et de boissons au monde, des éléments cruciaux qui répondent aux besoins actuels en approvisionnement pour l’humanité. Les logiciels et les services d’informatique en nuage de Microsoft ont permis à plusieurs entreprises de continuer à exploiter leurs activités pour que les employés puissent être en mesure de travailler efficacement de la maison.

Dès que nous aurons traversé cette crise, notre vie devrait en grande partie retourner à la normale. Toutefois,  cette crise aura laissé des cicatrices et certains éléments de la société seront à jamais changés. Bien que nous soyons d’avis que le cycle macroéconomique reprendra sa tendance à la croissance, certaines industries et sociétés s’en remettront plus rapidement que d’autres. Plusieurs personnes pourraient changer la façon dont elles travaillent et vivent. Par exemple, la technologie pour le travail à distance deviendra monnaie courante. Les gouvernements dans le monde devront revoir sérieusement la façon dont leurs industries publiques (ou privées) sont organisées et financées. En outre, nous croyons que plusieurs pays rapatrieront la fabrication de produits essentiels aux soins de santé pour s’assurer que les critères de qualité sont respectés et qu’il y a suffisamment d’approvisionnement disponible.

Sur le plan fiscal, les bilans des sociétés nationales se retrouveront dans une situation encore bien pire après la pandémie. L’aide financière et les mesures d’injection de liquidités mises en place donneront lieu à des déficits et à des niveaux d’endettement beaucoup plus élevés, ce qui pourrait causer de l’inflation dans l’avenir.  Nous surveillerons prudemment tout cela, car l’inflation représente une menace aux investisseurs.

Sur une note personnelle, toute notre équipe travaille à distance et nous avons entièrement déployé notre plan de continuité des activités. Notre firme possède une plateforme technologique fiable qui permet  à  tous d’entre nous de travailler efficacement de la maison.  Nous recevons tous vos appels et vos courriels. N’hésitez pas à communiquer avec nous et nous faire savoir comment nous pouvons vous aider à traverser cette période volatile et incertaine.  Nous espérons surtout que vous demeurez en santé et en sécurité.


Comments are closed.

Rendement


Les données portant sur le rendement de Rempart peuvent être obtenues sur demande. Pour nous joindre